AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 Aëliane - je suis... peut-être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
Aëliane Marshall
kill of the night


○ messages : 18

MessageSujet: Aëliane - je suis... peut-être.   Mer 14 Oct - 17:25


Aëliane Marshall
If I told you what I was, would you turn your back on me ?


come drink the water

• âge › 30 ans. • date et lieu de naissance › 12 Mai 1977. Californie. • nationalité › Américaine. • profession › Gérante d'une boutique de fleurs. Un métier qu'elle ne trouve pas passionnant, mais qui l'occupe et lui permet d'avoir un peu d'argent. • orientation sexuelle › Bisexuelle, avec une tendance pan qu'elle n'a pas encore approfondie. • situation amoureuse › Néant complet pour le moment. • situation financière › L'important c'est de pouvoir survivre, n'est-ce pas ? • et vivre à la nouvelle-orléans, ces derniers temps, c'est comment ? › C'est affreux. C'est se rappeler tous les jours à quel point on a une vie pourrie, se demander quand est-ce que tout ça finira. Un Tueur ? Ah, est-ce vraiment pire que le reste ? Tant que ça n'arrive qu'aux autres... • groupe › Others of my kind. • célébrité › Olivia Wilde. • crédit › Google ?


some kind of madness

Je suis gentille. Je crois. J'aime aider les gens. Peut-être. En fait, je n'ai aucune idée précise de qui je suis. Susceptible ? Sûrement. Facilement énervée ? Pourquoi pas. Je ne sais pas, je ne sais rien, simplement parce j'ai été privée de ma mémoire sans aucune raison. Enfin si: à cause d'un traumatisme crânien. Un foutu coup à la tête et plus rien ne va. J'ai une main paralysée, aussi. Mais à côté, cela paraît futile. Après tout, je ne sais pas ce que ça fait d'avoir une main gauche qui fonctionne. Bref, l'ouragan a détruit ma vie, mais je ne sais même pas quelle vie il a détruite. Je me suis juste réveillée un matin à l'hôpital de la Nouvelle-Orléans sans avoir aucune idée de ce qui se passait. J'avais eu de la "chance", apparemment. J'étais restée coincée sous des décombres plusieurs heures, seule. Mon bras entier aurait pu être paralysé, et j'aurais pu perdre toutes les notions de base. Marcher. Parler. Au moins, ça, je savais faire. Mais ça n'avait pas empêché les médecins de m'envoyer un an dans une maison de repos à l'autre bout des Etats-Unis afin de me réhabituer à tout. Les psys étaient supposés m'aider à retrouver la mémoire. Résultat merveilleux, cela faisait maintenant deux ans, et je ne savais que mon nom, mon prénom et, étrangement, j'avais réussi à me souvenir entièrement de la chanson Sunday Bloody Sunday de U2. J'étais retournée dans cette ville juste pour y trouver une quelconque familiarité, mais plus le temps passait, plus je la détestais. Et qu'est-ce que je foutais là en premier lieu ? J'avais été touchée par l'ouragan, mais personne ne s'était soucié de moi. Pas d'amis, pas de famille. A moins qu'ils aient tous péri dans la tempête ? Je n'en avais aucune idée, mais je me posais ces questions tous les jours. Ensuite, il avait fallu reconstruire une vie, sans aucune base, sans personne. J'avais développé un comportement assez paradoxal. Gentille, sociable et à l'écoute lorsque je me trouvais au magasin, toujours prête à aider mes clients. Mais plus irritable, agaçante et sarcastique en présence d'inconnus croisés dans les bars. Heureusement, ces inconnus (et inconnues) n'ont nullement besoin de m'entendre parler, comme je n'ai pas besoin de les écouter. Quitte à n'avoir aucune relation, autant se servir des autres. Et puis, avouons-le, je suis plutôt bien foutue. J'aime la solitude, aussi. Même si trop de solitude me déclenche des crises de panique aux ampleurs démesurées. J'étais une épave complète qui essayait, la journée, de se rendre utile. Parce que ça soulage sa conscience de se dire qu'on fait quelque chose de sa vie.


pursuit of happiness

• pseudo › Candies. • âge › 17 ans. • pays › France. • comment as-tu découvert le forum ? › Grâce à Harlan Kovacs. :) • un dernier mot à nous dire ? › C'est joli, et l'ambiance a l'air chouette, avec une bonne activité. :)
J'atteste par ailleurs qu'en créant ce personnage, je l'expose au danger d'être mis à l'épreuve par le Tueur au Puzzle.
passeport :
 

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aëliane Marshall
kill of the night


○ messages : 18

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Mer 14 Oct - 17:25



in life we can't be free

Avant la tempête, ce que l'on sait mais ce qu'elle ne sait pas.

Aëliane est née en Californie en plein dans la période printanière. Ses parents vivaient dans une banlieue campagnarde sans se soucier pour le moins du monde des personnes alentours. En fait, c'est sa mère qui bossait, et son père qui restait à la maison. Surtout pour boire et faire des parties de poker interminables avec ses potes qui étaient tout aussi alcooliques et mal élevés. Aëliane n'était pas un accident pour sa mère mais en était un pour son père. Forcément, c'est sa mère qui est morte en accouchant, la condamnant à vivre des années avec un homme brisé qui la détestait, ne s'occupait pas d'elle et continuait à passer ses journées à ne rien faire. L'enfance de la brunette fut un vrai calvaire. A l'école, elle n'avait pas beaucoup d'amis, ne voulait parler à personne et ratait la moitié des cours. Le collège fut même plus difficile: son père était plus affreux que jamais, et l'argent laissé par la mort de sa mère ne leur permettait plus de vivre tranquillement. Aëliane n'arriva donc pas au Lycée, enchaînant petits boulots sur petits boulots pour essayer d'entretenir un homme qu'elle n'aimait pas.

A 18 ans, la jeune fille décida de prendre son envol et de laisser cette enfance tourmentée. Mais rien ne s'était passé comme prévu: son père avait piqué une crise comme il ne l'avait jamais fait auparavant, levant la main sur elle alors qu'il n'était jamais allé jusque là. C'est ensanglantée et profondément choquée qu'elle finit par se retrouver chez un de ses anciens professeurs de Collège, à pleurer toutes les larmes de son corps. Ce dernier l'aida à se remettre d'une passe difficile - sans rien d'ambigüe, il était marié et fidèle - et Aëliane finit par se stabiliser vers ses vingts ans, travaillant dans un restaurant en tant que serveuse et vivant dans un petit appartement éloigné du centre-ville.

La jeune fille était très froide avec les gens en général, elle cachait ses émotions, ne se dévoilait pas. Jusqu'à qu'elle rencontre un garçon un peu plus âgé qu'elle. Il était beau, avait de grandes ambitions, et était très éloquent. Il ne lui en fallu pas beaucoup pour qu'elle tombe amoureuse et s'entiche de cet homme dont elle ne connaissait rien, elle, si désespérée d'être aimée. Alors, il l'aima. Il lui promit de grandes choses, elle le crut. Ils déménagèrent ensemble à la Nouvelle-Orléans en 2002 alors que tout le monde lui déconseillait de quitter un confort qu'elle avait réussi à créer. Mais après tout, Aëliane n'avait plus rien à perdre. Elle tomba enceinte en 2004 et c'est suite à ça qu'elle se retrouva de nouveau seule, perdue dans une ville qui devenait de plus en plus effrayante.

Je ne peux pas vivre avec un enfant. Je ne t'aime plus comme avant, je suis désolé, je suis parti, ne me cherche pas.

C'est cette note, laissée sur la table de la cuisine, qui brisa la pauvre jeune femme. Elle avait cru qu'elle pouvait vivre une vie normale, avoir un mari, des enfants. Mais il n'en était rien. Et elle se retrouvait là, paumée, seule, sans argent, avec un enfant grandissant dans son ventre. Peut-être n'aurait-elle jamais dû avorter. Peut-être aurait-elle dû garder ce petit bout d'espoir qui lui restait.

Pendant l'ouragan, ce qu'on lui a raconté.

Katrina est arrivé en Août, et Katrina a ravagé la ville. Aëliane se trouvait dans un petit appartement à se prélasser dans son lit, parce qu'elle n'était plus bonne qu'à ça depuis un an. Elle était coupée des informations, n'ayant ni télévision, ni radio, ni téléphone. Elle n'avait pas vu l'ouragan venir. Elle n'était pas prête. Et elle s'était retrouvée sous les eaux et sous les décombres sans comprendre ce qui lui arrivait. Elle s'était évanouie sous le coup et s'était réveillée à un moment avec la moitié d'une poutre qui écrasait la partie supérieure de son corps. Sa main gauche était coincée, et plus elle tirait, plus elle sentait sa main mourir. L'idée de mourir ici ne lui avait pas paru mauvaise, au contraire, elle aurait préféré ne jamais se réveiller. Mais la pensée de survivre et de perdre l'usage de sa main lui avait été insupportable. Mais elle n'avait pas pu réfléchir à plus puisqu'un nouvel éboulement l'avait plongée dans le monde des ténèbres.

« Madame, madame vous allez bien ? »

C'est sur la voix douce et paniquée d'un homme que la jeune femme s'était de nouveau réveillée. Elle était toujours coincée sous des décombres, mais sa main n'était plus bloquée, un foulard tâché par le sang entourant cette dernière.

« Les secours vont arriver, tenez bon ! »

L'homme lui avait parlé pendant plusieurs minutes, mais Aëliane ne comprenait pas ce qu'il disait. Elle avait une énorme plaît à la tête qui ne lui permettait pas d'aligner deux pensées. Elle était comme anesthésiée, n'essayant même pas de se battre contre l'obscurité qui l'avait enveloppée petit à petit.

Après l'incident, ce dont elle se souvient, ce qu'elle vit.

Des voix, distantes puis de plus en plus distinctes. Le bruit incessant de machines qui s'affolent, puis plus rien.
Il a fallu vivre ce moment trois fois pour qu'Aëliane finisse par ouvrir les yeux et prendre conscience du monde qui l'entoure. Des murs blancs. Un lit blanc. Tout était blanc, fade, effrayant. Et cette question qui se répétait sans repos dans sa tête: qui suis-je ? Aucune idée de ce qu'elle faisait là. Aucune idée du pourquoi elle se trouvait là. Et aucune idée de qui elle était.

« Vous avez été touchée par l'ouragan Katrina. Vous vous trouvez aux Etats-Unis, dans la Nouvelle-Orléans. Nous sommes trop occupés, nous ne pouvons pas vous aider. Vous trouverez des abris à l'entrée, nous vous donnerons les coordonnées d'une maison de repos loin d'ici. Je suis désolée pour votre main, pour votre mémoire, mais nous ne pouvons plus vous aider. »

C'était la seule réponse claire qu'on lui avait fourni en une semaine d'hospitalisation, et elle n'était absolument pas satisfaisante. Sa mémoire n'était pas revenue, elle était juste classée en "Jane Doe" et personne ne s'occupait d'elle. Pas étonnant que le seul trait de caractère qu'elle se soit développée tend à la rendre irritable et peu aimable.

Encore une semaine plus tard, elle se trouvait en plein New-York devant l'adresse que lui avait dictée le médecin. Elle avait pu y aller grâce à de nombreux bénévoles qui s'occupaient des blessés à la Nouvelle-Orléans. Mais maintenant, elle était complètement paumée, et effrayée. Les dernières semaines, elle les avait passées à dormir ou poussées par une adrénaline qui ne lui laissait pas le temps de penser. Mais maintenant, elle allait avoir énormément de temps pour réfléchir, mais cela l'effrayait: elle n'avait rien à penser, puisqu'elle ne connaissait rien.

L'année en maison de repos fut donc une année difficile, et la première année dans la nouvelle vie d'Aëliane. Elle n'avait pas réussi à se souvenir de son passé, n'avait pas eu de nouvelles de proches et s'était sentie plus seule que jamais. Les autres personnes qui étaient avec elle lui paraissaient toutes agaçantes ou effrayantes. Et ne se souvenir de rien l'énervait encore plus. Elle savait parler, oui. Mais elle ne savait pas faire de maths, elle avait dû réapprendre à lire, écrire... elle savait marcher. Mais elle n'avait aucune endurance, ne connaissait aucun mouvement sportif... trente ans et être traitée comme un enfant.

Elle est retournée à la Nouvelle-Orléans dans l'espoir de retrouver des souvenirs, des personnes. Elle a ouvert une boutique de fleurs, parce que ça lui permet de voir du monde et de gagner de l'argent sans avoir besoin d'études, de diplômes, et ne pouvait pas faire de travaux manuels à cause de sa main. Elle vit seule avec un chat, passant ses soirées dans des bars à coucher avec des hommes et des femmes inconnus. Ne se souciant guère des menaces d'un Tueur, sortant la nuit et se moquant des pensées des autres. Recommencer, encore et encore, en espérant, un jour, retrouver sa mémoire.
Mais le veut-elle vraiment ?

fiche (c) elephant song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Harlan Kovacs
kill of the night


○ messages : 235

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Mer 14 Oct - 17:32

coucou What a Face
j't'ai ramenée, j'suis fière
en tout cas, bienvenue hein et puis bonne chance pour ta fiche
j'suis trop contente de t'avoir rameutée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese Jackson
admin ○ nightcall


○ messages : 634

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Mer 14 Oct - 21:08

ouuuuuh, bichette qui ramène des gens, mais qu'c'est cool ça.

bienvenue parmi nous miss. j'aime déjà ce début de personnage, j'ai vraiment hâte d'en savoir plus. bon courage pour la rédaction de ta fiche, et puis si tu as besoin de quoi que ce soit, surtout n'hésite pas. I love you I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gabriel Conroy
kill of the night


○ messages : 147

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Mer 14 Oct - 22:47




J'adore Olivia Wilde
Bienvenue sur SOAM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aëliane Marshall
kill of the night


○ messages : 18

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Ven 16 Oct - 17:14

Vous êtes adorables, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Reese Jackson
admin ○ nightcall


○ messages : 634

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Sam 17 Oct - 3:41

omg mais pauvre aëliane quoi sérieusement, j'ai trop mal pour elle, pauvre bout de chou. en tout cas, j'aime vraiment le personnage, j'ai vraiment hâte de le voir en jeu. je te valide avec joie, amuse-toi bien. I love you I love you



CONGRATULATIONS
bienvenue dans les rangs !

Bonjour, Aëliane, et bienvenue dans ma ville. J'ai entendu dire que tu avais connu un parcours houleux, et bien difficile. Que tu t'en étais toujours sortie, la tête haute. Jusqu'à ce que ta tête te soit arrachée, et qu'il ne te reste que ton corps pour te souvenir. Tu prétends vouloir retrouver ton ancienne vie, mais le veux-tu réellement ? Fais-tu réellement ce qu'il faut pour cela ? Fais attention à toi. Nos erreurs finissent toujours par nous rattraper.

Félicitations, mon brave. Tu t'en doutes sûrement, mais si tu vois ça, ça veut dire que tu es enfin officiellement des nôtres, avec une jolie couleur et tout le package. Nous t'invitons par le biais de ce petit formulaire à passer par la suite dans quelques sections importantes pour ton intégration au forum et au jeu. Nous, on s'occupe de recenser ton avatar et ton pseudo, mais si tu veux recenser ton métier, ton logement, ton numéro de téléphone ou ton adresse mail, c'est à toi de le faire ! On t'invite également à aller faire un tour du côté des fiches de liens, pour te trouver plein de copains, ainsi que des rps. N'hésite pas non plus à remplir notre partie scénario de tes idées ! Et n'oublie pas d'aller voter pour nous toutes les deux heures, histoire de ramener encore plus de potentielles victimes pour notre tueur d'amour ! Faut bien le nourrir, le petit.

Et surtout, si tu as la moindre question, n'hésite pas à t'adresser à Reese (ou Maddox), Alma (ou Calvin), Trisha (ou Elijah), ou bien Alison (ou Jolene) ! I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tara Jackson
admin ○ nightcall


○ messages : 136

MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   Sam 17 Oct - 8:56

Dammit, j'arrive juste après la validation, quel timing pourri cey nul mais bienvenue parmi nouuuuus ta p'tite Aëliane a juste l'air trop attachante, pis j'espère que tu te plairas dans le coin, amuse-toi bien. I love you

_________________
    licking up the flames ♒️ hold me down, throw me in the deep end, watch me drown. knock me out, saying that i want more, this is what i live for. selfish, taking what i want and call it mine. i'm helpless, clinging to a little bit of spine. they rush me, telling me i'm running out of time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aëliane - je suis... peut-être.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aëliane - je suis... peut-être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HÉRA ♥ Je ne suis peut être pas une déesse, mais une chose est sûr, je serais toujours là pour te protégé. (terminer)
» Je suis peut-être vache... mais pas bête. uc
» DEREK (+) Tu es mon paradis, mais je suis peut-être ton enfer...
» Molly Weasley - Je suis peut-être mère avant tout... ♥
» Lame Tempêtueuse ♦ "Je suis peut-être différent, mais je préfère ça que de vous ressembler, car au fond, vous êtes tous les mêmes." |Histoire à finir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOUL OF A MAN :: fiches validées-