AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 (trisha) ≡ i'm ready for the fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:08


TRISHA ELIZE MORIARTY
There's a ghost upon the moor tonight


come drink the water

• âge › elle est âgée de VINGT-SIX ANS, même si parfois elle a l'impression d'en avoir le double, tant les dernières années de sa vie lui ont semblé être interminables. Elle reste jeune, en âge de profiter de la vie, c'est ce qu'on lui dit souvient, bien qu'elle ne soit plus très sûre de savoir encore comment profiter de cette chienne de vie.  • date et lieu de naissance › elle est née le 25 JUIN 1982, une jolie journée d'été, le même jour que son frère jumeau bien évidemment ; elle est née à la NOUVELLE ORLÉANS EN LOUISIANNE, une ville qu'elle avait quitté le temps de ses études et sans doute qu'elle aurait fait de ne jamais y remettre les pieds, cette ville lui a porté malheur, cette ville, c'est son enfer. • nationalité ›  elle est AMÉRICAINE, tout comme ses parents et puisqu'elle est née sur le sol américain il pouvait difficilement en être autrement. • profession › après avoir obtenu un doctorat en biologie humaine et un autre en chimie, le tout en double cursus à harvard, elle a obtenu un poste d'EXPERT SCIENTIFIQUE, au sein de la police de la Nouvelle Orléans, elle débute tout juste sa carrière et on la confond souvent avec la stagiaire.• orientation sexuelle › elle est BISEXUELLE, assez ouverte d'esprit pour ne pas faire la différence entre les deux sexes ou peut-être encore trop indécise elle ne sait pas encore, de toute façon ses histoires d'amour se comptent sur les doigts d'une main. • situation amoureuse › elle est CÉLIBATAIRE, il y a bien ce garçon qu'elle aime bien, mais pour l'heure, elle a beaucoup trop de mal à faire confiance à autrui pour se lancer dans une relation amoureuse.  • situation financière › elle est RICHE, très riche, trop riche. Elle est la fille du maire de la ville, l'héritière de la famille Moriarty et ce n'est pas rien, la fortune de la famille pourrait facilement faire baver les plus envieux. • et vivre à la nouvelle-orléans, ces derniers temps, c'est comment ? › horrible, elle déteste cette ville, elle ne sait même plus pourquoi elle y vit encore. Elle déteste les rues de cette ville qui lui font peur qu'importe l'heure du jour, elle déteste l'odeur, la pourriture, elle déteste tout. Elle aurait presque voulu que Katrina emporte tout sur son passage et qu'on puisse rayer cette ville de la carte. Quoi qu'elle fasse, cette ville sera toujours pour elle le siège des pires souvenirs de sa vie. Ils la hantent, elle ignore si elle sera capable de s'en débarrasser un jour, elle voudrait tellement partir et pourtant, elle se sent comme coincée dans cette maudite ville, attachée à l'enfer. • groupe › TAKE ME TO CHURCH, parce que finalement, après la décadence, après la pire des chutes, elle a décidé de remettre de l'ordre dans sa vie, en tout cas, elle essaie, elle fait de son mieux, elle lutte contre les pires tentation. Pour elle et pour personne d'autre, ce n'est pas Jigsaw qu'il lui fait peur, c'est la vie en elle-même. • célébrité › elizabeth henstridge, bb simmons, la plus choupette de tous les agents du shield. • crédit › tumblr


some kind of madness

fille du couple moriarty, trisha a grandi dans le luxe, elle n'a jamais manqué de rien, si ce n'est de la présence de ses parents ; ces derniers ont toujours consacré leurs vie à leurs carrière respectives, négligeant souvent leurs enfants elle était très proche de son frère jumeau, plus timide que lui, elle avait du mal à se faire des amis, ainsi, elle trainait toujours dans ses pattes, mais ça lui allait à lui, il aimait pouvoir garder un œil sur sa sœur, ils étaient inséparables la jeune femme a sauté sa seconde année de middle school (7th grade, cinquième), elle a toujours été brillante, la première de sa classe année après année et envieuse d'en savoir toujours plus, elle prenait de l'avance sur les programmes, elle était cette gamine le nez toujours plongé dans les bouquins amoureuse de la science, elle a participé à un tas de concours au cours de sa vie, plusieurs qu'elle a remporté, ce qui lui a valu des trophées et des médailles ; elle en a également remporté grâce à la gymnastique rythmique, puisqu'elle en a fait pendant des années trop scientifique parfois, elle voit la cuisine comme de la chimie pure et dure, ainsi, quand elle prépare un plat elle est très à cheval sur les quantités et les mesures, en principe, ses plats sont réussis, mais il ne faut pas s'étonner de la voir cuisiner avec des béchers et des éprouvettes graduées, parce que la précision, c'est important trisha a longtemps été une petite fille modèle, elle était la gamine moriarty a qui tout réussissait, contrairement à son jumeau ; elle était la gamine bien habillée, bien propre sur elle qui apparaissait souriante derrière son père dans ses campagnes, elle était la gamine irréprochable, mais il semble aujourd'hui que ça, c'était à une autre époque elle a fait ses études à harvard, elle a suivit un double cursus en biologie et chimie, mais elle est également très douée en physique et en mathématiques, les sciences dure, c'est clairement son truc ; elle a été diagnostiquée surdouée quand elle était jeune ; de plus elle a une mémoire eidétique, ce qui aide mine de rien elle sait jouer du piano et du violon, elle s'est beaucoup consacrée aux activités extra-scolaire quand elle était plus jeune et puis elle n'a jamais été du genre à aimer rester chez elle a ne rien faire, alors elle préfère varier les activités après avoir été retenue prisonnière par un malade pendant plus d'un an, elle est devenue complètement paranoïaque, elle vérifie toujours plusieurs fois que les portes et les fenêtres sont bien fermées, elle a une peur panique du noir et des espaces confinés, elle fait souvent des grosses crises d'anxiétés pendant lesquelles elle se gratte au niveau du poignet au point qu'elle se fait saigner ; de plus, elle vient d'acheter un Rottweiler, il n'a que quelques mois, c'est encore un chiot, mais Archimède de son petit nom fait déjà office de chien de garde la jeune femme commence également à prendre des cours de tir, rien n'est assez pour se défendre d'après elle, peut-être que si elle avait eu une arme à l'époque, elle n'aurait jamais été séquestrée par un malade mental elle a eu quelques soucis avec le drogue récemment, elle avait ce besoin fou de prendre tout ce qui lui passait sous la main dans l'espoir que ça puisse faire passer son mal-être, mais ce n'était jamais assez, elle se sentait complètement détruite et rien n'était suffisant pour faire taire ce sentiment, alors, elle a fini par s'ouvrir les veines pour en finir complètement, on est arrivé à temps pour l'aider et elle est restée quatre mois à l'hôpital psychiatrique, il lui reste des cicatrices au poignet qu'elle essaie au mieux de cacher elle adore la glace à la banane ; plus généralement, elle adore les bananes, c'est probablement son fruit préféré, elle est d'ailleurs très douée pour cuisiner les milkshake à la banane victime de nombreux traumatisme, il lui arrive encore d'être victime de crise d'angoisse, respiration difficile, battements de cœur trop rapides, tremblement, ce n'est pas toujours facile à gérer, mais ses rendez-vous chez le psy l'ont considérablement aidée à les diminuer elle fait du yoga et des joggings réguliers, ça l'aide à se détendre ; elle envisage également de commencer à prendre des cours de self-defense elle fait du bénévolats dans une association animalière, elle aime beaucoup les animaux et elle se sent utile comme ça ; c'est grâce a cette association qu'elle a pu adopter son chien.


pursuit of happiness

• pseudo › sweet poison (anaïs) • âge › 22 ans. • pays › asgard. • comment as-tu découvert le forum ? › dans le slip de thor (sisi) • un dernier mot à nous dire ? › c'est pas vraiment un nouveau compte, juste un remixage de Judith, puisque la personne avec qui j'avais créé Judith n'est jamais venue et que j'aime pas avoir l'impression de dépendre de quelqu'un qui n'est pas là   du coup voilà, c'est toujours la fille de monsieur le maire et elle a toujours le swag  
J'atteste par ailleurs qu'en créant ce personnage, je l'expose au danger d'être mis à l'épreuve par le Tueur au Puzzle.
passeport :
 

fiche (c) elephant song.

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:09



in life we can't be free

Il fait noir, partout autour d’elle, il fait juste noir. Elle ne sait pas où elle est. Elle se tient dans un coin, recroquevillée sur elle-même. Elle sent ses larmes qui coulent le long de ses joues et elle s’efforce de ne pas faire le moindre bruit. Sinon quoi ? Elle ne sait même pas. C’est idiot dans le fond, l’homme qui l’a mise ici, il sait très bien qu’elle est là. Elle pourrait bien crier à s’en casser la voix, ça ne changerait rien. Les jambes serrées contre la poitrine, elle n’ose pas bouger, son corps est complètement paralysé par la peur. Elle entend une grosse horloge, les secondes qui passent. Elle a l’impression qu’elles sont longues, trop longues. Son cœur lui, il bat trop rapidement, avec tellement de force qu’elle l’entend qui tambourine contre sa poitrine. Elle va mourir, elle en est certaine. Ce type va revenir et il va la tuer. Mais elle n’a pas envie mourir et la seule chose qu’elle trouve à faire, c’est pleurer. Elle ferme les yeux avec force, cherchant quelque part, un souvenir qui pourrait la rassurer.

« Joyeux anniversaire. » Arthur lui souriait, il avait l’air satisfait de lui alors qu’il poussait en sa direction un épais cadeau, parfaitement emballé. Ils étaient tous les deux à la maison. Leurs parents auraient dû rentrer depuis un moment maintenant, ils l’avaient promis. Mais comme chaque année, ils n’étaient pas là. Les jumeaux Moriarty avaient l’habitude maintenant. Ils savaient que la plupart des promesses faites par leurs parents n’étaient que des promesses en l’air. Des mots qu’ils pensaient sans doute sur le coup mais qu’ils finissaient par oublier. Tant pis. Elle préférait passer la soirée avec Arthur de toute façon. C’était leur anniversaire à tous les deux. Leur journée et puis, il était plus que son frère, il était son meilleur ami, le roché auquel elle était agrippée comme une véritable sangsue. Elle l’aimait de tout son cœur son frère et il l’aimait tout pareil. « Joyeux anniversaire. » Répéta-t-elle en faisant à son tour glisser un paquet vers lui. Il y avait sur ses lèvres le même sourire que sur celles de son jumeau. Ils avaient le même sourire, on leur disait souvent. Les mêmes yeux noisette, les mêmes cheveux bruns. Ils se ressemblaient beaucoup physiquement alors qu’ils étaient complètement différents. Il tira rapidement sur l’emballage pour découvrir quelques jeux vidéos qu’elle avait choisi à la perfection, parce que Trisha, elle faisait toujours tout de la meilleure façon possible. Elle était perfectionniste, exigeante envers elle-même, elle donnait toujours le meilleur d’elle-même. On aurait pu le deviner rien qu’en regardant l’emballage du paquet cadeau qu’elle avait soigneusement fait. Il avait plus de gueule que celui qu’avait fait son frère, on voyait bien qu’il avait fait ça rapidement, il n’était pas soigné, alors qu’elle, elle était presque maniaque. Minutieuse, organisée qu’elle disait. A son tour, elle tira sur l’emballage pour découvrir un télescope. Un vrai. Le sien. Elle aurait pu en pleurer tellement elle était heureuse. Elle en passait du temps au planétarium de la ville à observer un ciel recomposé de toute pièce. Elle connaissait le nom des étoiles, leur composition chimique et tellement d’autres choses qu’elle se plaisait à raconter dès qu’elle en avait l’occasion. Elle en connaissait des choses, elle était brillante, surdouée même. Trop intelligente par rapport aux gamins de son âge. Elle voulait toujours en savoir plus, elle avait cette curiosité maladive qui la poussait à dévorer des tonnes de bouquins. Elle était folle, c’est ce qu’il disait son frère. Mais la vérité c’était juste qu’elle était bien différente de lui. Ça ne les empêchait pas de s’entendre à la perfection et de s’aimer énormément. Elle s’était jetée au cou de son frère. Elle l’aimait tellement. Il était le seul qui la connaissait à la perfection, le seul qui savait exactement quoi dire pour lui arracher un sourire même dans les pires moments. Il était son frère jumeau et ça voulait dire beaucoup. Il était sa famille, son repère et elle l’aimait de son être.

Il lui manque. Elle a envie de le voir, de se blottir dans ses bras et de l’entendre lui dire que tout irait bien. Mais il n’est pas là. Elle ne sait pas où il est et il ne sait pas où elle est. Elle a envie de crier son nom en priant qu’il l’entende et qu’il vienne la libérer. Mais ça ne marchera pas. Elle le sait très bien. Alors, elle espère que tout ira bien pour lui, qu’il s’en sortira même sans elle. Elle connait ses problèmes et ses faiblesses. C’est peut-être parce qu’elle l’a abandonné en partant faire ses études à Harvard qu’il a complètement perdu pied. Il avait des mauvaises fréquentations et il s’est laissé tomber. Elle le sait. L’alcool, la fête, la drogue. Elle est au courant, bien évidemment. Il ne peut rien lui cacher de toute façon. C’est son frère et elle le connait très bien. C’est son frère et elle l’abandonne. Encore une fois. Elle espère qu’il saura à quel point elle l’a aimé, à quel point elle est désolée de devoir le quitter comme ça. Elle espère que ça ira pour lui, parce que pour elle c’est fini. Elle le sait.

Elle a faim. Depuis combien de temps est-ce qu’elle est là dedans déjà ? Elle n’en sait rien. Elle est fatiguée, perdue. Ses yeux se sont bien habitués au noir à présent. Elle s’est enfin levée. Elle a fait le tour de la cave. Elle a cherché un moyen de sortir, elle a grimpé les escaliers, elle a cogné contre la porte avec force, mais elle n’a pas bougée. Solidement fermée, elle n’a pas l’air de vouloir céder. Trisha n’abandonne pas, elle n’a jamais été du genre à abandonner. Elle a retrouvé un semblant d’espoir, elle a séché ses larmes pour se relever et chercher un moyen de sortir de là. Elle est intelligente. Son cerveau, ça a toujours été sa meilleure arme. Alors elle réfléchi, elle analyse et elle cherche. Il faut qu’elle sorte de là. Il y a encore trop de choses qu’elle doit faire, elle ne peut pas mourir ici.


« On devrait aller manger dehors ensemble. » Elle arqua un sourcil suite à la réplique du jeune homme. Un léger sourire sur le coin des lèvres, elle haussa les épaules. « On mange souvent dehors ensemble. » Ce n’était pas rare qu’ils quittent un peu Harvard pour aller manger dehors, mais elle n’était pas idiote, ce n’était pas ce qu’il voulait dire. Elle savait très bien ce qu’il voulait dire. Mais elle aimait bien le taquiner. Bellamy c’était ce type incroyablement gentil et maladroit. Il lui ressemblait beaucoup dans le fond. Ils s’étaient rencontrés à Harvard, ils étaient tous les deux des petits génies accroc à la science. Ils s’entendaient à la perfection et puis, elle avait bien envie d’aller à un vrai rencart avec lui. « Je sais mais, tu vois, genre dans un restaurant, un soir … » Il avait l’air nerveux, le regard fuyant, la voix presque tremblante, elle aurait presque eu envie de rire, mais elle se retint. Elle l’aimait bien et ils se ressemblaient beaucoup, avec leur maladresse dès qu’il s’agissait de relations humaines. Ce n’était pas qu’ils étaient timides, c’était juste qu’ils n’étaient pas à l’aise quand les choses devenaient sérieuses. Trisha, elle en avait eu des petits copains, quelques uns, pas beaucoup. Mais, elle se souvenait bien de ces fois où elle était devenue rouge comme une pivoine quand on l’avait invitée à un rencart. Avec Bellamy, c’était différent. Elle se sentait plus à l’aise, peut-être parce que lui, il ne l’était pas. Elle n’en savait rien. De toute façon, tout avait toujours été plus simple avec lui. « Comme un rencart ? » Un sourire amusé au coin des lèvres, elle haussa un sourcil, lui, il détourna le regard. Elle devait bien admettre que la situation l’amusait. « Euh … Ouais, c’est ça. » Il fuyait toujours son regard et cette fois, elle n’arriva pas à retenir son rire, il reposa les yeux sur elle, légèrement surpris par sa réaction, peut-être qu’il croyait qu’elle se foutait royalement de sa tronche, mais ce n’était pas le cas. Retrouvant son sérieux, malgré le grand sourire affiché sur ses lèvres, elle haussa légèrement les épaules. « J’aimerais bien aller à un rencart avec toi, Bell. Vraiment. » Il sourit à son tour et elle pu voir le stress quitter les traits de son visage. « Je dois rentrer à la Nouvelle-Orléans demain, je reviendrai pendant la première semaine de septembre. » Il savait bien qu’elle devait rentrer chez elle, elle lui en avait déjà parlé plusieurs fois et puis elle rentrait toujours chez son père au mois d’Aout. « Okay, on en reparle alors. » Elle acquiesça, un sourire sur les lèvres. Pour une fois, elle avait vraiment hâte que les vacances se terminent. C’était à peine si elle avait envie de partir à présent, mais il le fallait, elle voulait revoir son frère, Joan et même son père. Malgré tout, elle avait hâte d’être en septembre.

Elle soupire, assise au fond de sa cave. Ils avaient pris le temps de fixer une date, mais elle n’y sera probablement pas. Qu’est-ce qu’ils pouvaient raconter sur son cas dehors ? Est-ce qu’ils étaient en train de la chercher ? Ou bien on la croyait emportée par Katrina ? Assise dans son coin, Trisha regrette amèrement d’être revenue pour les vacances. Elle aurait dû rester à Cambridge avec Bellamy. Loin de cet ouragan qui avait dévasté sa ville natale. Loin de cette prison dans laquelle elle se retrouvait à présent. Elle sent une larme couler sur sa joue, elle essaye pourtant de rester forte, elle fait des efforts, mais c’est trop dur. Elle a trop peur, elle a trop froid toute seule dans le noir. Elle est complètement perdue et elle ne sait pas comment vont évoluer les choses. Elle espère qu’on vienne à son secours, mais elle ne peut s’empêcher de se dire qu’avec les dégâts causés par l’ouragan, on allait la penser morte, alors personne ne se donnerait la peine de la rechercher. Elle est condamnée, c’est la pensée qui s’installe le plus souvent à elle depuis qu’elle est dans cette cave et, même si elle essaie d’espérer, il y a toujours une petite partie d’elle-même qui se dit, que son espoir est complètement vain.

Il n’est pas rentré. Ça faisait des jours. Elle fait les cent pas au fond de la cave. Son tortionnaire, elle a apprit à le connaitre depuis qu’elle est enfermée là-dedans, alors elle sait qu’il ne s’absente jamais longtemps. Elle attend depuis plusieurs jours maintenant et il n’est toujours pas là. Et si c’était sa chance de sortir de là ? Il y avait un risque. Peut-être qu’il est là, qu’elle ne l’a juste pas entendu. Elle continue de marcher, nerveuse. En même temps, est-ce qu’il la tuerait s’il voyait qu’elle essayait de s’échapper ? Non. Il l’avait gardée pendant des mois ici et ce ne serait pas la première fois qu’elle tentait quelque chose. Elle avait déjà hurlé pour qu’on lui vienne en aide. Elle avait déjà essayé de le frapper pour pouvoir s’enfuir, mais il est plus fort qu’elle, alors, c’était elle qui s’était pris des coups. Maintenant, elle s’en fiche de mourir. Elle veut que ça s’arrête, alors tant pis. Elle serre les poings avec force puis remonte doucement les marches. La porte est fermée comme d’habitude, elle tape dedans avec force avec ses mains, puis avec son épaule. C’est une vieille porte, elle cédera. Elle frappe, elle fait du bruit et pourtant personne ne vient. Il n’est pas là. Elle redescend rapidement les escaliers pour fouiller dans la cave, elle la connait par cœur. Il y a ce tuyau qu’elle a essayé d’arracher du mur quelques mois plus tôt. Elle le retrouve et tire dessus comme une folle, elle s’en fiche du bruit ou de ses mains qui lui font mal. Elle frappe dedans avec son pied, elle appuie dessus de toutes ses forces. Elle sent un de ses ongles qui s’éclate dessus. Elle étouffe un cri entre ses dents serrées, elle sent du sang qui coule, mais elle s’en fiche, elle continue. Enfin il cède, elle tombe en arrière alors qu’il se décroche du mur, le dos en plein contre le sol en béton, mais ça n’a pas d’importance. Elle se relève et elle court dans les marches. A l’aide de son tuyau, elle frappe la poignée de la porte de toutes ses forces, ça fait du bruit, mais elle continue et enfin, la porte cède. Elle s’ouvre. Elle hésite, garde son tuyau dans une main et pousse la porte avec l’autre. Puis, elle avance prudente dans la maison. Elle se jette sur le téléphone dans la cuisine, tape le 911 et quand elle entend une voix au bout du téléphone, elle a l’impression que c’est le plus beau jour de sa vie. Elle ne sait pas où elle est, mais ils peuvent la localiser, alors elle les supplie de l’aider. La fille au bout du téléphone, elle reste en ligne avec elle jusqu’à l’arrivée des secours. Quand elle entend les sirènes de police, elle comprend qu’enfin, le calvaire est terminé.

L’heure tournait plus vite qu’elle ne l’aurait voulu. Elle fixait pourtant l’horloge contre le mur régulièrement. Elle avait l’impression que les aiguilles allaient beaucoup trop vite. Elle n’avait pas envie de partir de chez Joan. Elle n’avait pas envie de se retrouver toute seule dans son appartement. Bellamy était rentré à Cambridge pour la semaine, Arthur était mort, elle venait de l’apprendre, elle était libre, mais son frère lui, il était mort, alors, ce n’était pas avec lui qu’elle pourrait rester pour ne pas être seule. Il y avait bien le manoir Moriarty, mais il était trop grand et trop vide. Elle ne se sentait pas en sécurité là bas. Plus l’heure passait, plus elle avait l’impression qu’elle allait se mettre à pleurer, parce qu’il y avait bien un moment où il faudrait qu’elle rentre chez elle. En face de son assiette à laquelle elle n’avait presque pas touchée, elle se sentait nerveuse. Sa jambe cognait régulièrement contre le sol. Elle était silence, le regard jonglant entre son assiette et l’horloge. Sa fourchette encore entre ses doigts elle avait la main tremblante. Un bruit dans son dos la fit sursauter, elle lâcha la fourchette dans son assiette, provoquant un bruit qui ne suffit pas à masquer son cri. Elle avait agrippé son couteau avant de se lever de sa chaise, la faisant tomber à la renverse, le dos collé au mur, le couteau entre les mains, elle était prête à se défendre. Mais contre quoi ? Elle paniquait sans raison. Sa meilleure amie s’avança vers elle. « Tris, c’était juste le lapin. Tout va bien. » Agrippée au couteau, elle avait du mal à revenir dans la réalité, là où tout allait bien. Elle se sentait toujours menacée, toujours en danger. Elle avait le cœur qui battait à la chamade, elle commençait à trembler. La blonde s’avançait vers elle pour lui arracher le couteau des mains. « Tout va bien Trisha, j’te le jure. » Elle reposa le couteau plus loin, là où Trisha ne pouvait plus l’attraper. La respiration difficile, Trisha regardait sa meilleure amie comme si elle venait juste de la reconnaitre. Puis, elle tomba à genoux, les larmes commençaient à couler sur ses joues. Joan s’assit en face d’elle pour la prendre dans ses bras. « Je suis désolée. » Elle pleurait à chaudes larmes, elle avait du mal à respirer entre ses sanglots. « C’est rien, ça va aller. » Elle avait raison, là dans les bras de sa meilleure amie, ça allait mieux. Elle n’avait pas envie de s’éloigner d’elle. Elle sécha légèrement ses larmes avant de regarder Joan. « J’peux rester là ce soir ? » La simple idée de rentrer chez elle, ça la rendait folle. « Tu peux rester là autant que tu veux Trisha. J’ai acheté de la glace à la banane en plus, je sais que c’est ta préférée, pas question que je mange ça toute seule. » Elle lui adressa un large sourire et au milieu de ses larmes, Trisha réussi à rigoler légèrement. « Merci. » Elle était mieux là. Elle était bien même. Elle n’avait plus envie de quitter Joan d’une semelle à présent. Rester toute seule, ça semblait être la pire chose au monde à présent.

« J’t’aime Trisha. » Les mots de Bellamy se répètent au fond de son crâne. Elle s’y accroche avec force, mais ça ne suffit pas. Elle n’en peut plus. Elle est à bout de force, elle a lutté pendant des mois, mais rien ne semble suffisant pour faire partir ces fichus souvenirs installés au fond de son crâne. Elle a peur du noir, elle a peur des petits espaces, elle sursaute au moins bruit et les crises d’angoisse deviennent de plus en plus insupportables. Elle est à bout de force. Elle passe son temps à pleurer, elle ne supporte pas d’être seule. Il n’y a bien que quand elle travaille qu’elle peut oublier, mais ça revient toujours. Le psychologue, ça ne sert à rien. Elle a trop à avaler d’un coup. Ce qui lui est arrivé, la mort de son frère. Elle est à bout. Il y a Bellamy, il y a Joan, mais elle a l’impression de juste leur rendre la vie plus compliquée. Elle les étouffe comme une gamine qui ne peut pas s’éloigner de plus de trois mètres de ses parents. Elle est à bout et elle pense vraiment que tout le monde serait mieux sans elle. Devant le miroir de la salle de bain, elle soupire. Elle ouvre le placard attrape les boites de médicaments d’une main tremblantes, mais elles sont vides. Elle se noie dans les antidépresseurs, elle en abuse, mais ce n’est jamais assez. Elle quitte la salle de bain pour rejoindre sa chambre, elle vide l’un des tiroirs pour trouver une boite. Mais elle est vide elle aussi. Elle n’a plus rien pour soulager sa peine. Il n’y a qu’un mot, au fond de la boite, un bout de papier. « Ne fait pas ça, s’il te plait. » Elle reconnait bien l’écriture de Bellamy. Il ne comprend pas. Personne ne comprend. Elle chiffonne le morceau de papier, balance la boite en fer avec force. Elle n’en peut vraiment plus. Recroquevillée dans un coin de sa chambre, elle pleure, elle veut que tout s’arrête. Elle entend encore les mots de Bellamy, mais ça la fait pleurer encore plus. Il faut que ça s’arrête. Elle veut que tout s’arrête. Elle essuie ses larmes d’un revers de la main avant de se relever et de fouiller dans les placards, elle avait ça quelque part, vestige de ses études en biologie. La trousse à dissection, qu’elle retrouve coincée entre deux classeurs. Elle l’ouvre, attrape le scalpel et passe son pouce dessus, ouvrant rapidement la peau, le sang coule le long de son doigt. Elle regarde la lame encore quelques secondes, puis elle remonte la manche de sa chemise. Elle veut mettre un terme à ses souffrances et puisque rien ne marche, elle a l’impression de ne plus avoir le choix. Elle regarde son poignet et les veines bleus qui s’y dessinent. Elle  pense à la carotide, ce serait plus rapide, elle le sait très bien. Elle hésite quelques secondes, soupire puis presse la lame contre son poignet, aussitôt le sang commence à couler et elle se sent mieux. Enfin, elle a l’impression que toute la douleur dans laquelle elle est prisonnière va disparaitre.

C’était noir, c’était bien. Pourtant elle se réveille. Elle ouvre les paupières, éblouie par la blancheur de la chambre dans laquelle elle se trouve. Les machines lui indiquent où elle se trouve. L’hôpital. Elle soupire. Essaie de se retourner, mais impossible de bouger. Elle réalise que ses poignets sont fermement attachés au lit. Elle a les paupières encore lourdes, mais elle aperçoit la silhouette de son père. Qu’est-ce qu’il fait là d’abord ? Il n’en a jamais rien eu à foutre d’elle. Ni même d’Arthur. Que leur mère se soit barrée avec un autre gars, il s’en fichait aussi. Elle n’avait pas envie de le voir. Elle n’avait envie de voir personne. Elle referma les paupières, comme si ça pouvait suffire à le faire partir. Mais elle entendait sa voix et celle d’un autre type. Elle commençait enfin à comprendre ce qu’ils racontaient. « Signez ici. » Qu’il disait l’autre gars. De quoi est-ce qu’ils parlaient ? Elle n’en savait rien. « Vous allez l’aider hein ? » Elle fronça légèrement les sourcils. Depuis quand est-ce que son sort pouvait bien l’intéresser ? Il l’avait enterrée après Katrina, sans même chercher à comprendre. Il s’en fiche d’elle. C’est comme ça depuis toujours. Y a aucune raison pour que ça change aujourd’hui. « L’internement est la meilleure chose à faire Monsieur le maire. Elle sera en sécurité. » Internement. Elle n’aime pas ce mot, elle veut qu’on lui laisse le choix, elle ne veut pas qu’on l’enferme. Elle entend son père soupirer. « On dit que votre hôpital psychiatrique est le meilleur de la région. J’espère que c’est vrai. » Elle sent les battements de son cœur s’accélérer. Il ne cherche pas à l’aider, juste à l’enfermer dans un coin pour l’oublier. L’enfoiré. Elle le déteste. Pourtant, elle l’a toujours soutenu elle. Elle était la gamine impeccable qui se tenait droite et souriante derrière lui pendant ses campagnes. Elle était sa fille dont il s’était souvent vanté, celle qui avait été acceptée à Harvard. Et maintenant, plus rien à faire, il la laisse sur le bas-côté comme si elle n’était qu’un pauvre animal blessé. « Je vous promets qu’on fera tout ce qu’on peut pour l’aider. » Elle reconnait le bruit du stylo contre le papier. Voilà, il a signé. Maintenant, elle est condamnée à l’isolement, à l’oubli, parce qu’elle n’est plus qu’une pauvre folle qu’il faut enfermer. Elle lutte contre les larmes, elle ne veut pas qu’on l’entende, elle ne veut pas qu’on vienne lui parler. Surtout pas son père. Elle le déteste. Elle déteste tout le monde.

« Je vais m’en sortir Bell. Je te promets que je vais m’en sortir. » Elle avait les larmes aux yeux. Aujourd’hui, elle avait le droit de recevoir de la visite et Bellamy était venu. Mais il était déçu, elle pouvait le voir sur son visage. Elle avait merdé, elle le savait à présent. Mais elle était internée maintenant, entourée de psychologues et de psychiatres, de traitements et de cure pour traiter tout ce qui n’allait pas chez elle. La dépression, l’addiction aux drogues. Même les traumatismes qui lui restaient de son enfermement. Ça allait mieux. De jour en jour, elle le sentait. « J’espère que tu réussiras, Tris. Je l’espère vraiment. » Il semblait résigné lui. Peut-être qu’il ne croyait plus en elle. Il avait essayé de l’aider, il avait lutté pour elle. Il lui avait dit qu’il l’aimait et elle, elle s’était ouvert les veines. Sa sœur, elle était morte d’une overdose quelques temps avant qu’elle, elle ne s’ouvre les veines. Il avait eu la garde de sa fille. Une petite gamine complètement innocente. La petite Rose. C’était une gamine adorable. « Il faut que je m’occupe de Rose maintenant. » C’était une priorité pour lui, normal. C’était déjà beaucoup trop à gérer pour un type qui, de toute évidence, n’avait pas prévu de se retrouver père du jour au lendemain. Aussi loin qu’elle se souvienne, il n’était même pas doué avec les enfants. Elle se souvenait de l’avoir aidé à garder Rose, des années plus tôt et heureusement qu’elle avait été là. « Je peux plus continuer avec toi. Je dois la protéger. » Et avec une folle dans les parages, cette gamine ne serait jamais en sécurité. Elle se souvenait d’avoir vu son visage à la petite, quand elle avait été étendu sur le sol, se vidant de son sang. Elle l’avait entendue crier, puis elle avait vu Bellamy et plus rien. Elle avait dû traumatiser cette pauvre enfant. « Je suis désolé. » Il posa sa main sur la sienne. Son regard se posa sur leurs mains. Une vision troublée par les larmes. « J’espère vraiment que tu vas t’en sortir. T’es une fille incroyable. T’es trop intelligente pour … juste abandonner. » Il serra sa main avant de se relever de la chaise sur laquelle il était assis. Il l’abandonnait alors. « Adieu Tris et bonne chance. » Il lui adressa un léger sourire avant de quitter la pièce. Elle le regardait, les larmes coulant sur ses joues. Elle le méritait. Elle l’avait trop déçu, mais ça ne se reproduirait plus. Elle allait s’en sortir, elle l’avait promis.

« Aller, vient Archimède, on rentre. » Elle attrape le petit bout de chien pour lui remettre sa laisse, puis elle récupère son sac qui était posé à ses côtés, dans l’herbe du parc dans lequel ils s’étaient posés. Il fait beau aujourd’hui et les rayons  du soleil qui réchauffent sa peau la font sourire. Elle est bien là. Elle va mieux. Elle soit voir le psychologue dans quelques jours, des rendez-vous réguliers dont elle a besoin, elle le sent. Même si ça va mieux, parler à quelqu’un, ça fait toujours du bien. Elle n’est plus enfermée entre les quatre murs d’un asile psychiatrique, on lui a dit qu’elle pouvait sortir, qu’elle avait fait des efforts pour lutter contre ses problèmes, elle avait obtenu son droit de sorti. Maintenant, elle s’est installée dans une jolie maison en ville. Le genre de maison qu’on voit dans les séries. Trop grande pour elle sans doute, trop chère peut-être, mais qu’importe, c’est son père qui paie, il lui doit bien ça. Elle n’aime pas être seule trop longtemps. Mais elle essaie, elle se précipite encore chez Joan des fois, mais elle lutte pour reprendre pied. Puis maintenant, elle a Archimède,  petit bout de chiot qui ne la quitte plus d’une semelle. Elle s’accroche et il y a même des moments où elle se sent heureuse. Elle s’en est sorti. Elle l’avait promis, elle l’a fait.


fiche (c) elephant song.

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joan Hoffman
admin ○ nightcall


○ messages : 115

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:17

t'es swag keupine, i love u. bon courage pour cette refonte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:27

t'es bégette, jte fais des bébés et merci I love you

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lazar O'Callaghan
kill of the night


○ messages : 196

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:31

Rebienvenue vous
Tu passes ta vie à remixer des persos j'ai l'impression X3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:32

Merci
Ouais j'ai aussi cette impression mais c'est parce que les gens passent leur vie à me laisser tomber

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lazar O'Callaghan
kill of the night


○ messages : 196

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:34

Les gens ils sont tous nuls
Nous on est là pour twé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:35

Mais grave
Merci c'est gentil ça *fait un câlin à Lazarounet d'amour*

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lazar O'Callaghan
kill of the night


○ messages : 196

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:37

*profite du câlin parce que personne veut lui en faire*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joan Hoffman
admin ○ nightcall


○ messages : 115

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 20:55

faut pas lui faire de câlins, il est méchant.
*protège trisha du grand méchant zazou*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anya Mercer
kill of the night


○ messages : 139

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 21:50

aoooon quelle mignonseté dans cette nouvelle judith
MY LOOOOOOOOOOOOOVE U, ME, BEBE AND ALL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 12 Oct - 23:43

lazar, moi je t'aime surtout si tu as de la drogue dans tes trucs pas légaux

bestalaplusbelle, moh t'es trop chou, je t'aime

amour, JOTEM T'ES LA PLUS BELLE ET JTE FAIS DES BÉBÉS

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Calvin O'Reilly
admin ○ nightcall


○ messages : 165

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Mar 13 Oct - 21:22

C'te cutie faaaaaace rebienvenue a la casa, yo tu sais déjà que j'aime Trisha, pis j'ai trop hâte de lire la suite bon à part ça, si t'as besoin d'un truc, bah tu demandes à ton chat so fabulous - nous, on est pas là. I love you

_________________
    time will change ✢ this is more than i wanted, take me out of the dark i roam in. this is stranger than love or loss, turning back words you face the dawning ; no excuse for a wasted life, lightly falling through a whisper of sky. it's the weight of the world i know, as i struggle to be whole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 19 Oct - 13:38

Merci merci J'espère que la suite ne sera pas trop décevante alors puis heureusement que mon chat il est là quoi, ça fait au moins quelqu'un pour m'écouter

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joan Hoffman
admin ○ nightcall


○ messages : 115

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 19 Oct - 15:12

... okay, ce karma. pov' trisha, srsly, je l'aime, mais putain c'qu'elle a une vie de merde. bref, t'es parfaite, bestie, trop de feels à ta fiche. j'te valide. I love you



CONGRATULATIONS
bienvenue dans les rangs !

Bonjour, Trisha, et bienvenue dans ma ville. J'ai entendu dire que tu avais vécu des moments atrocement difficiles, et que tu avais tenté de t'ôter la vie. Tu as baissé les bras, tu t'es laissée entraîner dans les bas-fonds de la misère, et tu n'aurais pu descendre plus bas. Finalement, tu sembles avoir quelque peu remonté. Mais fais attention à toi. Nos erreurs finissent toujours par nous rattraper.

Félicitations, mon brave. Tu t'en doutes sûrement, mais si tu vois ça, ça veut dire que tu es enfin officiellement des nôtres, avec une jolie couleur et tout le package. Nous t'invitons par le biais de ce petit formulaire à passer par la suite dans quelques sections importantes pour ton intégration au forum et au jeu. Nous, on s'occupe de recenser ton avatar et ton pseudo, mais si tu veux recenser ton métier, ton logement, ton numéro de téléphone ou ton adresse mail, c'est à toi de le faire ! On t'invite également à aller faire un tour du côté des fiches de liens, pour te trouver plein de copains, ainsi que des rps. N'hésite pas non plus à remplir notre partie scénario de tes idées ! Et n'oublie pas d'aller voter pour nous toutes les deux heures, histoire de ramener encore plus de potentielles victimes pour notre tueur d'amour ! Faut bien le nourrir, le petit.

Et surtout, si tu as la moindre question, n'hésite pas à t'adresser à Reese (ou Maddox), Alma (ou Calvin), Trisha (ou Elijah), ou bien Alison (ou Jolene) ! I love you

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Trisha Moriarty
admin ○ nightcall


○ messages : 255

MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   Lun 19 Oct - 15:39

merci baby j't'aime fort, viens donc rendre la vie de trisha plus facile

_________________

living in your atmosphere, I’m running out of air.
Fall forward in the atmosphere It's a heavy load to bear. I’ve been living for the longest years Now I’m running out of air. Heard a rumor in foreign wind, There’s a war around the bend, Bet your life on your lover’s heart. Now you can’t find a friend.Where are you, I am already gone. Throw your heart out on the western wind. Its a hard heart to break. Sell your soul out for a southern hymn It's a hard road to take.  — where are you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (trisha) ≡ i'm ready for the fall.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(trisha) ≡ i'm ready for the fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOUL OF A MAN :: fiches validées-