AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 (fury, oh fury) – fitz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
Eamon Fitzgerald
admin ○ nightcall


○ messages : 125

MessageSujet: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:46


EAMON SEAN FITZGERALD
your blindfold is on tight, but you like what you see.


come drink the water

• âge › quarante et un ans. de longues années à se traîner. à tomber, à se relever. à dégringoler à nouveau, et à se demander si on en verra un jour le bout. à décider de se reprendre en main, et de ne plus jamais fléchir. ne plus jamais tomber. avancer. acharné. • date et lieu de naissance › presque oubliée. il n'y a que sa soeur cadette pour lui glisser un mot rapide et un baiser, et sa fille pour l'appeler. le reste du monde ne se souvient pas de ce trois décembre, à hammond, en louisiane, quand le froid a gelé le monde et a engendré la vie. • nationalité › américain. sur les papiers, dans le coeur, au fond de l'esprit. une question qu'il ne s'est jamais vraiment posée ; nationalité imposée. au fond, ça n'arrange pas grand-chose, dans une ville comme celle-ci. dans une vie comme celle-là ; d'ici ou d'ailleurs, qu'est-ce que ça peut bien changer, à part donner le droit de voter pour le connard d'à côté ? • profession › patron du ava's den, un établissement dans le quartier français. un bar ou un club selon les langues ; un repère de loups, où la loi c'est lui. il n'y a pas à tergiverser sur le sujet, et plus personne n'ose contredire cette idée. quand tu mets les pieds chez lui, tu te plies à ses règles, tu te casses, ou tu te fais casser. il gère tout ce qui peut se tramer sous la coupe de ce genre d'endroit ; des quelques corps qui se vendent, et à qui il file un coup de main pour trouver de quoi gagner leur croûte, aux dealeurs de bas-étage qui veulent en faire l'endroit où les habitués viennent réclamer leur came ; tu ne fais pas affaire vers chez lui sans passer par lui. les ouvriers honnêtes, les alcoolos notoires, les marins désabusés, les flics corrompus, ou même juste inquiets de trouver un endroit où personne ne va leur tomber sur le coin du nez. la nouvelle-orléans passe entre ses murs, et il l'accueille à bras ouverts. un peu moins officiellement, il est co-organisateur pour des combats de boxe illégaux. il entraîne un peu, aussi. c'est son dada, son petit à-côté. faut dire qu'il a toujours su sur qui miser. • orientation sexuelle › les femmes, leur corps, leur sourire, leurs yeux, leurs dents lorsqu'elles rient, leurs lèvres douces, la forme de leurs seins, la courbe de leurs hanches. y a jamais rien eu d'autre, pas même dans les songes inavoués. • situation amoureuse › divorcé. y a des choses qui ne se réparent pas, des trous qui ne peuvent être comblés. il l'a laissée filer, parce qu'il n'y avait de toute manière rien d'autre à faire. fallait se reconstruire, fallait avancer. le faire en restant là l'un pour l'autre, c'était pas possible. alors ils ont signé les papiers, et ils s'en sont allé. chacun de leur côté. • situation financière › pas à plaindre. son établissement rapporte, certes. mais plus que ça, les paris des combats de boxe sont un précieux revenu. pourtant, il ne se contente pas de faire blanchir et d'entasser dans un coin. il n'a pas l'intention de jouer au mafieux, ou de commencer à se faire caïd. il garde brut, et il dépense la plupart de ce qu'il gagne. pour ceux qui en besoin, pour payer ses employés, donner des petites avances, rembourser quelques dettes, payer quelques langues ne demandant qu'à se délier. au final, les comptes ne sont pas pleins, le matelas jamais bien épais. il n'est pas de ceux qui voient de l'intérêt d'épargner sur le long terme, quand leur projet de vie tient dans le chargeur d'un colt 45. • et vivre à la nouvelle-orléans, ces derniers temps, c'est comment ? › pas mieux que d'habitude, et pas pire non plus. des bonnes et des mauvaises choses. il ne voit pas son quotidien franchement bouleversé par les rumeurs et les atrocités. la peur dans les bouches, terreur des coeurs ; très peu pour lui. personne ne lui demande son avis. et ceux qui l'ont fait se sont heurtés à une réponse sans appel, et sans doute mûrement réfléchie. quand tu merdes, qui ramasse derrière toi ? c'est moi. à plus grande échelle, quand l'humanité perd les pédales, faut bien quelqu'un pour nettoyer derrière elle. sujet clos, avis posé. tous ces gens ont mérité ce qui leur arrivait. certains plus que d'autres, mais la vie n'est pas juste. elle ne l'a jamais été ; c'est même un de ses grands principes. • groupe › others of my kind. ça n'affecte pas plus son quotidien que toute autre affaire en ville. ç'a même rayé des noms sur sa liste, alors pourquoi voudrait-il arrêter ce type ? quant à le craindre, pourquoi donc s'échiner à vouloir glacer un coeur déjà figé ? • célébrité › dieu. alias christian bale. • crédit › blogspot.


some kind of madness

autoritaire, froid, exigeant, méticuleux, organisé, prudent, réfléchi, posé, pragmatique, fataliste, violent, sans limites, rancunier, vindicatif, intelligent, calculateur, manipulateur, généreux, à l'écoute, volontaire, conciliant, rigoureux, solide, protecteur, bienveillant, observateur, prévoyant, secret, déterminé.

très peu de gens l'appellent eamon. fitz a toujours été beaucoup plus familier dans la bouche des étrangers. c'est devenu son identité, au point que la plupart ne connaissent même pas son nom complet. comme une étiquette, une rumeur laissée derrière lui. ceux qui ne l'ont jamais vu viennent, et demandent à voir fitz. ce n'est pas une question d'aimer ou pas son prénom ; rien à voir. dans sa famille, on se cantonne d'ailleurs à son prénom entier, ou au diminutif eames. mais à l'extérieur, il n'y a presque plus personne pour le désigner comme ça. la plupart du temps, on l'appelle fitz, ou on ne l'appelle pas. ✖️︎ c'est un homme simple, mais ses principes sont durs. il se contente de peu, mais il faut que le peu soit bien fait. propre, net. la vie ne laisse pas la place pour les bavures. ✖️︎ il est de ceux qui ont toujours une longueur d'avance sur tout. il observe, il retient. prend en note et étudie. décortique chaque fait et chaque geste, en retire son essence la plus profonde. il n'agit que très rarement sous le coup de l'impulsion, et c'est là ce qui force le respect de ceux qui en sont venus à l'entourer. il est toujours là pour rétablir l'ordre et garder la tête froide, même quand tout part à vau-l'eau. pas besoin de crier. pas besoin de cogner. il a la voix calme et puissante, la présence imposante et intimidante. un rien suffit, quand on sait se tenir et quand on sait parler. ✖️︎ c'est un homme d'affaires. un négociateur, un bon parleur. il connaît le mot juste et l'argument implacable, et il sait régler les choses dans l'intérêt de tous. c'est d'ailleurs ce qui en fait un si bon dirigeant de son établissement, et des gens qu'il emploie ou côtoie dans ses affaires. il force le respect mais ne répand pas la peur. c'est un leadeur naturel ; en aucun cas un tyran. ✖️︎ son établissement. son club, son bar, sa petite propriété, son territoire. sa tanière, comme d'autres peuvent encore le murmurer. le ava's den a été nommé ainsi en l'honneur de sa seconde fille, décédée. il gère les lieux depuis maintenant trois ans. depuis qu'il a repris sa vie en main, et qu'il a relevé la tête. l'âme noire, les yeux revenant de l'enfer. ✖️︎ un bout de papier, un crayon. et des noms. une liste. liste noire. des gens qui doivent payer. des gens qui vont payer. il fera tout ce qui est en son pouvoir. mais rien ne doit être précipité. la vie prend son temps pour nous détruire, comme il aime à le dire ; pourquoi ne prendrait-il pas à son tour le temps de détruire ceux qui ne méritent pas d'exister ? tout vient à point à qui sait attendre. la vengeance est un plat qui se mange froid. autant de dictons qui ont régi sa vie depuis ses plus petites années, qui l'ont façonné. et aujourd'hui, il en est là. à regarder cette liste chaque jour, au point de la savoir par coeur. à la garder au fond de son esprit, en filigrane, à chaque seconde. ils paieront pour ce qu'ils ont fait. qu'ils en soient assurés. ✖️︎ homme d'honneur, il ne trahit jamais ses promesses, tant que leur réalisation est en son pouvoir. et si elle ne l'est pas, il ne prend en général pas le pari risqué de jurer. il déteste revenir sur sa parole, et ne le fera que s'il est appelé par la trahison de l'autre parti. ✖️︎ l'instinct, c'est sa carte maîtresse. ça l'a toujours été. il en profite et il l'utilise à son avantage ; instinct animal. mais pas celui de la bête sauvage et solitaire : l'instinct primaire du loup, de la meute. paternel, bienveillant, protecteur. sa protection est une bénédiction pour qui concède à la recevoir. il ne laisse jamais rien arriver à ses pupilles, et les encadre toujours avec droiture et mesure. la plupart d'entre eux sont sauvages, et il n'est pas de ceux qui brusquent ou contraignent. l'apprivoisement passe par la confiance et la liberté ; mais au grand jamais on ne pourra parler de soumission, de manipulation ou d'asservissement. chacun est libre de ses choix et de ses actes. il ne contrôle pas ; il se contente d'indiquer la direction à ceux qui désireraient la suivre. ✖️︎ durant ses plus jeunes années, il a fait de la boxe. un peu de compétition, très peu d'officielles néanmoins. les combats illégaux ont vite mis un peu de pain sur la table pour les plus jeunes. il a empoché du fric, s'est méchamment fait taper dessus. mais au bout du compte, il a toujours fini par s'en sortir. il n'en fait désormais plus. c'est lui qui en monte, se glissant habilement dans le sillage d'un autre pour se présenter comme co-organisateur, et ne pas être incommodé par la responsabilité d'une entreprise hors des lois. mais il continue tout de même à s'entraîner. nerveux, réceptif. dégageant en quelques coups bien placés toute la colère et la rage qu'il garde au fond de lui le reste du temps. la tête froide mais les poings bouillants. il préfère s'énerver sur un sac de sable que d'être tenté de dépasser les bornes sur le connard du coin. ✖️︎ plus que de continuer à se défouler, il s'est mis à entraîner ; encadrer. il n'a pas proposé ses services à la généralité, et il ne se fait pas payer pour aider. il a simplement vu les poings frapper la chair avec une hargne qui lui était familière, et il a compris qu'il y avait un potentiel à exploiter. et décidé de s'en occuper. alors un beau jour il a ramené cette gamine et sa furie, et les a hissées sur le ring. c'est peut-être la seule personne qu'il accepte vraiment d'aider à s'exercer et à progresser. et une des seules en qui il réussit à avoir une confiance absolue. ✖️︎ il ne fume plus. ça fait quelques années qu'il a arrêté, maintenant. trois, pour être exact, et il n'a plus touché à une seule cigarette depuis. si la tentation a tout d'abord été grande lorsqu'il a ouvert le club et qu'il a vu les clients s'en griller à tour de bras, il a fini par s'y habituer. aujourd'hui, il arrive à faire abstraction. ✖️︎ il boit occasionnellement, mais très rarement trop. les plus grosses cuites de sa vie remontent à il y a trois ans et demi, avant qu'il se décide de ne pas sombrer dans la spirale infernale de l'alcoolisme. un verre de temps en temps le détend, mais ce petit plaisir est comme tout le reste : pris au compte-goutte, et parfaitement calculé. il ne laissera jamais ses facultés de perception ou de réflexion en être altérées. ✖️︎ il est tatoué, à plusieurs endroits. une chaine entoure le haut de son avant-bras droit (look). au-dessus de la chaine, approchant de l'épaule, un aigle simplifié aux airs de totem indien (image). la grande partie de son dos est prise par un tatouage complexe, représentant quatre crânes d'animaux mêlés les uns aux autres (un ours, un loup, un aigle et un cerf), entourés d'une coiffe de chef indien (dans ce genre-là). et pour finir, sous son pectoral gauche, et glissant vers ses côtes, une citation de shakespeare : « it will have blood, they say ; blood will have blood ». ✖️︎ il a un rapport très froid et distant à l'argent. pour lui, ça ne fait pas le monde, et encore moins le bonheur. s'il s'arrange pour en gagner — et il en gagne pas mal —, c'est pour faire tourner son bar sur les chapeaux de roue, et pour ne jamais se retrouver dans une situation d'inconfort pécuniaire ; être en position de faiblesse, ça n'a jamais vraiment été son truc.  il est pourtant bien loin d'être radin. économe, il met son argent là où il le juge bon ; et la générosité est un placement qui, a ses yeux, vaut la peine d'être fait. les dettes sont sans intérêts. parfois même effacées, si leur disparition est justifiée. ✖️︎ quand il était gamin, son père l'emmenait chasser. la tradition s'est perpétuée avec son frère cadet, jusqu'à la mort de celui-ci. il reste néanmoins un très bon tireur, et a l'oeil particulièrement fin. il fait partie de ceux qui ont une vue exceptionnelle. de ceux, aussi, qui arrivent à y voir plus clair que d'autres dans l'obscurité ; au sens propre comme au figuré. ✖️︎ sa confiance est aussi difficile à gagner qu'elle est facile à perdre. il suffit d'un rien pour que tout balance, et il donne rarement de seconde chance. il traite les affaires et les situations au cas par cas, mais est bien généralement intransigeant ; si l'erreur a été faite, elle est d'autant plus facile à commettre la seconde fois. ✖️︎ si on le cherche, il faut commencer par son bureau. un peu à l'arrière du club, au bout d'un petit couloir. suffisamment loin de la pièce principale pour ne pas être importuné par le bruit, suffisamment proche pour intervenir à la moindre dispute glissante ou au moindre souci. sa porte est toujours entrouverte ; pour entrer, y a qu'à frapper. ✖️︎ au ava's den, sa loi règne en maître. il ne laisse rien arriver sans en être informé, et ses règles prévalent. on ne se bat pas. on n'est pas des animaux. si les choses dégénèrent, bon nombre d'habitués savent à quoi s'en tenir, et à quel moment bondir. il finit pourtant toujours par se lever et rétablir l'ordre lui-même. rappeler qui fait la loi, et pourquoi elle est respectée. il commande, ça se sait, ça se voit. ça ne rend pas l'endroit désagréable à fréquenter. au contraire ; c'est même l'un des bars du quartier où on est le plus sûr d'avoir la paix. ✖️︎ certains prétendent qu'il vit dans son club. les rumeurs vont bon train, mais elles ne lui chatouillent pas l'oreille. il mentirait d'ailleurs s'il disait qu'il savait réellement se détacher de cet endroit ; il a déménagé exprès pour s'en rapprocher, il y a deux ans. un appart' un peu plus grand que le précédent, et un peu plus confortable. le genre d'endroit bien rangé et toujours propre. très peu de gens connaissent néanmoins son adresse. ça fait partie des choses qu'il évite de dire. ✖️︎ car de lui, il ne parle que très peu. ce n'est pas parce que tout le monde l'appelle fitz, proches comme inconnus, qu'on sait ce qu'il est. tout ce qu'on a, c'est un mystère sur pattes. un homme dévoré par la vie, bouffé au creux des entrailles. la bête qui s'est recousue seule et à grand-peine, et qui a décidé de faire payer le mal qui a pu lui être fait, et la sauvagerie démesurée qui s'en est accompagné. on voit ses yeux brûlants d'une rage sourde, et brillants d'un regard mat et froid. même si on n'a pas la moindre idée de qui il est, ou de ce qu'il veut, une seule chose est sûre : il sait où il va. et qu'importe le chemin, il s'y rendra. ni blanc, ni noir. d'une grisaille absolue, perdu depuis bien longtemps dans l'entre-deux de la vie. un espoir désabusé et sincère en l'humanité.

il s'est retrouvé très jeune à devoir s'occuper de ses frères et soeurs, après l'accident de voiture qui a tué sa mère et l'un de ses cadets. son père travaillait trop, n'avait jamais vraiment été là. alors il a géré le petit troupeau, les a encadrés. ✖️︎ sa famille, c'est tout ce qui compte à ses yeux. c'est sa faiblesse et sa force à la fois. il a beau entretenir avec eux des relations plus ou moins complexes, plus ou moins heureuses, il ne les laissera jamais tomber. et les fitzgerald n'ont jamais été du genre à se tourner complètement le dos les uns aux autres. ✖️︎ comme si élever ses frère et soeurs n'avait pas suffi à son instinct paternel, il est devenu père à dix-sept ans seulement. traîner, séduire, aimer. et regarder l'enfant déjà né, un peu choqué. il ne s'est pas démonté et il l'a accepté, même si lui et la fille ça n'a pas duré. ça ne l'a pas empêché d'être là, et d'essayer de s'en occuper. de jouer son rôle plus ou moins imposé. et eleanora a toujours été une de ses raisons de vivre. aujourd'hui encore, il retournerait le monde et les enfers pour ses grands yeux. ✖️︎ après eleanora, il y a eu avalon. elle est arrivée beaucoup plus tard, lorsqu'il avait vingt-neuf ans. sa femme et lui n'avaient pas réussi à avoir d'enfants avant. quand elle est arrivée, il était dans des dispositions bien différentes. et ç'a été son deuxième petit trésor, sa perle. là pour elle, et terriblement protecteur. jusqu'à ce que le monde ne s'effondre et n'arrête subitement de tourner. ✖️︎ à bien y réfléchir, c'est avec l'accident que tout a commencé. c'était bête, c'était une coïncidence. ça portait bien son titre d'accident, mais certains ont décidé qu'il en serait autrement. et qu'il lui fallait payer pour la mort d'un enfant. c'est avalon qui a pris, et il n'a rien pu faire. son mariage n'a pas duré, et en l'espace d'un mois, l'ensemble de sa vie était partie en fumée. ✖️︎ tombé aussi bas, on ne peut que remonter. et c'est ce qu'il a fait. il commençait à se relever quand eleanora est venue lui offrir une épaule sur laquelle s'appuyer ; je suis enceinte, papa. quelques mois plus tard est arrivée olivia. petit morceau de rien, deuxième génération. ça a redonné une raison de vivre, et une raison de s'accrocher. aujourd'hui la petite a deux ans. ✖️︎ il n'a pas peur du tueur. il est loin d'être arrogant et de prétendre qu'il sera épargné. il croit simplement que ce type sait ce qu'il fait. et que s'il doit mourir entre ses mains, c'est qu'il l'aura bien cherché. mais contrairement à beaucoup d'autres, il ne le traque, ni n'éprouve le besoin de le voir arrêté. tant que cette individu court, des salauds de la pire espèce seront punis. le jour où il a rayé cinq noms de sa liste, le tueur au puzzle a gagné son respect. ✖️︎ mais sur toutes ces choses il se tait. car qu'arriverait-il donc si on découvrait, placardée sur le mur à côté de son lit, cette petite liste, et ces cinq noms proprement rayés qui ont fait la une des journaux pendant des jours entiers ?


pursuit of happiness

• pseudo › elephant song. • âge › vingt ans. • pays › canada. • comment as-tu découvert le forum ? › bonne question. • un dernier mot à nous dire ? › je peux pas résister. je suis désolée.
J'atteste par ailleurs qu'en créant ce personnage, je l'expose au danger d'être mis à l'épreuve par le Tueur au Puzzle.
passeport :
 

fiche (c) elephant song.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eamon Fitzgerald
admin ○ nightcall


○ messages : 125

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:46



in life we can't be free

Respirer. Inspirer, expirer. Acte naturel, nécessaire à la vie. À la survie. Et on ne s'en rend compte qu'une fois que cette simple petite chose est devenue difficile. Impossible. On en prend conscience quand le souffle se coupe, quand la gorge se noue. Monde qui s'écroule, réalité vacillante. On se demande si on s'est bien levé ce matin, si tout cela n'est pas la suite d'un étrange rêve. Et on oublie que respirer était naturel, on oublie qu'on en a besoin pour vivre.

Quand les poumons retrouvent leur oxygène, ils brûlent. Ils nous rappellent qu'on est éveillé, qu'on est en vie. Nos oreilles retrouvent progressivement la faculté d'entendre. Et les cris, les pleurs, les protestations ; tout se mêle. La réalité papillonne, s'obscurcit un temps. Et, finalement, semble n'avoir jamais été aussi claire.

Maman est morte. Maman ne reviendra pas. Julian non plus. Julian est mort aussi. C'est fini.

Vie, 1. Fitz, 0.

✖︎

Elle le regarde, sans ciller. Lui, ses yeux brillent de mille émotions. Positives et négatives. Colère, surprise, fierté, honte, terreur, appréhension. Il n'arrive pas à faire le tri. Rien ne se met dans l'ordre où il l'aurait voulu. Là où il l'aurait souhaité.

Et ses iris noirs tombent sur la petite chose rosée qui mâchouille un jouet en plastique. Elle se fait les dents, concentrée. C'est normal, à cet âge-là. De gazouiller comme ça, de développer simplement ses quenottes. Le fil de la vie. Ce qui n'est pas normal, c'est qu'elle soit là.

Ce qui n'est pas normal, c'est d'être père à cet âge-là.

Vie, 2. Fitz, 0.

✖︎

La bague au doigt, le sourire aux lèvres. Elle l'a fait exprès. Elle a mis son débardeur le plus moulant. Celui qui fait le plus ressortir ses courbes, la forme de ses hanches, la finesse de sa taille. Et maintenant qu'elle lui a dit, il le voit. Ce ventre, très légèrement rebondi. Après des années à essayer d'en arriver là, ça y est. Et cette fois, c'est normal.

Cette fois, il est prêt.

Vie, 2. Fitz, 1.

✖︎

Elle ramène ses cheveux derrière son oreille, et il l'observe du coin de l'oeil. Le bleu qui cerne sa paupière, son iris qui disparaît petit à petit sous la chair enflée. Elle ne dit rien, mais il sait qu'elle souffre. Il lui tend la glace et elle l'applique sur son visage, sans un mot. Le seul qu'elle avait à lui dire a été prononcé, et n'attendait pas de réponse.

Merci. C'était normal. Normal de faire ça, normal de l'aider. Et ce type ne la toucherait plus. Plus jamais.

La famille, c'est sacré.

Vie, 2. Fitz, 2.

✖︎

Ça crisse et ça hurle, dans sa tête. Il a l'impression de sentir encore le choc résonner contre son crâne, d'entendre la tôle se froisser et les passants paniquer. Il a la sensation d'encore tituber, s'extirpant tant bien que mal de la carcasse du véhicule. Et il sent la douleur sur son arcade sourcilière, réparée grossièrement. Il la sent, plus vive que jamais, lui fendre le crâne.

Pas de sa faute. C'était pas de sa faute.

Quelqu'un en a décidé autrement. Et les barreaux retiennent le loup, en attendant son jugement par ses pairs. La cage s'est refermée, piège intenable. Il enrage, il écume. Mauvaises choses en tête, la furie au coeur.

Mais il ignore alors que le pire reste à venir.

Vie, 3. Fitz, 2.

✖︎

Il croit entendre la porte derrière elle. Encore, et encore. Pas même claquer ; plus assez de force pour ça, plus le courage de contracter suffisamment les muscles de son bras. Elle avait refermé le battant avec une douloureuse légèreté, presque irréelle. Et il était seul, désormais. Plus de vêtements dans les placards, plus de baisers au coin de la mâchoire. Plus de rires d'enfants, plus de matins doux et de mots aimants. L'hymne à la vie s'est envolé, et celui à la mort s'est déposé sur les murs pâles. Linceul macabre.

Il peine à croire que personne ne poursuit l'enquête. Il sait qui est derrière tout ça, mais n'a rien pour le prouver. Et ça le ronge, ça le dévore. Il taisait ses pulsions, taisait la fureur sourde qui le consumait. Tout ça pour elle. Elle et son chagrin omniprésent, elle et les larmes qui bariolaient ses joues depuis un mois déjà. Il avait tout fait. Tout tenté. Et du jour au lendemain, elle avait refermé cette porte derrière elle. Si doucement. Si simplement. Je ne peux plus. Il faut que je me reconstruise. Sans toi.

Sans toi, puisqu'il n'y a plus Ava.

Vie, 4. Fitz, 2.

✖︎

La bouteille posée sur la table a des airs de vieille ennemie. Elle n'est pas pleine, pas vide non plus. Il se demandait s'il se laissait aller à un verre et à une cigarette quand elle est entrée. Elle n'a pas cherché à dire bonjour, pas cherché à s'excuser, à demander si elle le dérangeait. Elle sait que depuis que Cat' est partie, que depuis qu'on lui a pris Ava, il n'a plus rien.

Elle le sait et elle vient, ce présent sous sa main. Niché au creux de ses entrailles ; précieux, inavouable. Et pourtant, elle murmure. Elle murmure, ses yeux vrillés dans les siens. Un demi-sourire aux lèvres. Incertaine de demain, mais sûre de maintenant.

Je suis enceinte, papa.

Vie, 4. Fitz, 3.

✖︎

Il regarde le papier se consumer doucement, au-dessus du lavabo. Personne ne l'a suivi. À cette heure-ci, il n'y a plus un chat. Il sait qu'on ne l'a pas surpris, et il ne veut pas qu'on puisse amasser les preuves, ou quoi que ce soit contre lui. Tout ce qu'il voulait, c'était un nom. Le nom, il l'a eu. Le nom, il le regarde brûler. Sa mémoire s'est substituée au papier, et il n'a plus rien à faire de ce qui devenait cendre sous ses yeux.

Il se détourne et il quitte les toilettes pour hommes. Le club est vide. Il a fermé il y a une heure déjà. C'est l'heure de rentrer.

L'heure d'aller inscrire ce nom au bas de sa liste. Lettre pour lettre. Noir sur blanc, pour la liste la plus noire qu'il ait jamais dressée. Une liste de ceux qui finiront par payer. Il s'en est fait la promesse.

Tôt ou tard, le diable viendra les chercher.

Vie, 4. Fitz, 4.

✖︎

Il la regarde, ne dit rien. Il sentait que quelque chose n'allait pas, mais il n'avait jamais brusqué la conversation. Patient. C'était à elle de décider quand elle serait prête à en discuter. La lame de rasoir a parlé pour elle, et c'est à l'hôpital que ses lèvres ont enchaîné. Il n'a pas perdu son sang-froid, il a écouté. N'attendant que de rentrer chez lui pour rajouter quelques lettres en bas de sa liste, et condamner une autre abomination humaine. Un pervers sans nom, maître chanteur qui, malgré les témoignages doux et chargés de larmes, ne serait jamais touché, ni même effleuré.

Elle relève ses yeux vers lui. Larmes séchées, la mine désolée. Mais il ne lui en veut pas. Il lui sert l'ombre d'un sourire, et elle lui renvoie la pareille. C'est terminé, voudrait-il lui dire. Et maintenant j'vais tâcher de prendre soin de toi.

Comme j'aurais toujours dû le faire.


Vie, 5. Fitz, 4.

✖︎

Il laisse le journal tomber dans la poubelle, sans un mot. Le regard fermé, les traits impassibles. Et pourtant, au creux de ses côtes, son coeur bat la chamade. Des cinq noms il n'en connaissait que quatre. Celui qui sévissait dans les rues depuis Katrina venait de lui offrir le dernier. Et en prime, plus aucun d'eux ne ferait jamais de mal à personne.

Il aurait aimé les voir dans leur supplice. Il aurait aimé les observer agoniser, les regarder crever comme des chiens. Payer pour ce qu'ils avaient fait à Ava, pour leur crime. Mais ça n'avait plus d'importance, désormais. Le principal, c'était que le boulot soit fait.

Cinq noms en moins sur sa liste, un respect nouveau pour celui que tous nomment malade, psychopathe ou tueur.

Et l'heure de passer au round suivant.

Vie, 5. Fitz, 5.

fiche (c) elephant song.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mayra Barnes
admin ○ nightcall


○ messages : 92

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:48

JTE FAIS DES BÉBÉS oh lala j'ai trop hâte de jouer tout ce qu'on a dit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tara Jackson
admin ○ nightcall


○ messages : 136

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:50

T'en as mis du temps à t'ramener. J'ai failli t'attendre. J'aime pas attendre.

_________________
    licking up the flames ♒️ hold me down, throw me in the deep end, watch me drown. knock me out, saying that i want more, this is what i live for. selfish, taking what i want and call it mine. i'm helpless, clinging to a little bit of spine. they rush me, telling me i'm running out of time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Harlan Kovacs
kill of the night


○ messages : 235

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:56

Tu sais ce que je pense de ton Fitz
mais fuuuuuuuuuuuck c'est tellement la classe
rebienvenue à la maison de chez toi, bichette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anya Mercer
kill of the night


○ messages : 139

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:57

hey batman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eamon Fitzgerald
admin ○ nightcall


○ messages : 125

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 20:58

mayramour, moi aussi j'ai trop hâte. bébés partout. I love you

tabadass, c'est ce qu'on appelle ménager son entrée. faut savoir se faire désirer.

bichette, merciiiiii, t'es adorable. on s'trouvera un truc avec harlan aussi.

anya, salut la fille aux dinos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vince O'Reilly
kill of the night


○ messages : 98

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Ven 18 Sep - 22:17




Papy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eamon Fitzgerald
admin ○ nightcall


○ messages : 125

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Sam 19 Sep - 5:18

j'te permets pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mayra Barnes
admin ○ nightcall


○ messages : 92

MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   Jeu 24 Sep - 10:30

Je t'aime j'te fais des bébés


CONGRATULATIONS
bienvenue dans les rangs !

Bonjour, Eamon, et bienvenue dans ma ville. J'ai entendu dire que tu cherchais sans arrêt la vengeance il y a des gens qui le méritent, on le sait tous les deux, mais n'oublie pas que, quand on cherche à se venger, il faut toujours commencer par creuser deux tombes. Fais attention à toi. Nos erreurs finissent toujours par nous rattraper.

Félicitations, mon brave. Tu t'en doutes sûrement, mais si tu vois ça, ça veut dire que tu es enfin officiellement des nôtres, avec une jolie couleur et tout le package.    Nous t'invitons par le biais de ce petit formulaire à passer par la suite dans quelques sections importantes pour ton intégration au forum et au jeu. Nous, on s'occupe de recenser ton avatar et ton pseudo, mais si tu veux recenser ton métier, ton logement, ton numéro de téléphone ou ton adresse mail, c'est à toi de le faire !   On t'invite également à aller faire un tour du côté des fiches de liens, pour te trouver plein de copains, ainsi que des rps. N'hésite pas non plus à remplir notre partie scénario de tes idées ! Et n'oublie pas d'aller voter pour nous toutes les deux heures, histoire de ramener encore plus de potentielles victimes pour notre tueur d'amour ! Faut bien le nourrir, le petit.

Et surtout, si tu as la moindre question, n'hésite pas à t'adresser à Fred (ou Maddox), Alma (ou Quinn), Judith (ou Elijah), ou bien Alison (ou Aslinn) ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (fury, oh fury) – fitz.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(fury, oh fury) – fitz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» Un ange tombé du ciel ? Soft Fury présentation
» Nick Fury - Directeur du Shield
» Fitz Arthiew [Pouffy]
» Fury D. Dante [Presque ??]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOUL OF A MAN :: fiches validées-