AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 vi – KATRINA ET SES CONSÉQUENCES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
Benjamin Moriarty
pnj ○ been to hell


○ messages : 20

MessageSujet: vi – KATRINA ET SES CONSÉQUENCES.   Dim 30 Aoû - 14:45


L'OURAGAN KATRINA
the sad story of a tragedy

généralités

Katrina fut l'un des ouragans les plus puissants de l'histoire des États-Unis, et le plus meurtrier depuis l'ouragan Mitch, en 1992. Il a sévi du 23 au 31 août 2005, durant la saison cyclonique de l'Océan Atlantique. Ses dommages auraient coûté près de 108 milliards de dollars, rien que pour la fin de l'année 2005, et le nombre de victimes s'élèverait à plus de 1800. Les blessés, quant à eux, sont tout bonnement impossibles à compter.

Katrina fut classé comme un ouragan de catégorie 5 — sur une échelle d'intensité allant de 1 à 5. Il fut également l'un des ouragans les plus étendus que l'on connaisse, avec un rayon de plus de 650 kilomètres — dont 190 de vents cycloniques et 340 de tempête tropicale. Son œil était large d'une quarantaine de kilomètres. Les vents ont atteint une vitesse maximale de 280 km/h, et des vagues de plus de 11 mètres furent aperçues sur les côtes. L'ouragan a touché la majeure partie du nord-est de l'Amérique (parcours détaillé).

Le passage de Katrina a laissé plusieurs états sous les eaux. Il a plongé la Louisiane et La Nouvelle-Orléans dans la désolation la plus profonde, avec leurs milliers de sans-abris et d'indigents, condamnés à reconstruire ce qui avait été leur ville. Leur vie.

NOTE : pour les besoins du forum, les données concernant le maire de La Nouvelle-Orléans et le chef de la police ont été modifiées, et diffèrent des faits réels.


les mesures d'urgence

Le président Bush déclara l'état d'urgence de la Louisiane deux jours avant l'arrivée de Katrina sur les côtes de la Nouvelle-Orléans.

La ville avait été construite près de six mètres en-dessous du niveau de la mer. Des digues l'entouraient ; mais les crues annoncées dépassaient les six mètres de hauteur, et ses protections n'allaient pas suffire. L'évacuation fut donc tentée. Pour ceux qui ne purent partir ou qui refusèrent de le faire, le maire établit des refuges de dernier recours dans des établissements publics — comme par exemple dans le Louisiana Superdrome, déjà utilisé en 1998 lors de l'ouragan Georges. Et il n'y avait plus qu'à attendre que le cauchemar passe.


la tragédie

Katrina a atteint les côtes de la Nouvelle-Orléans le 29 août 2005, dans les alentours de 11h (heure locale). Au dernier moment, l'ouragan bifurqua vers l'Est, et évita ainsi de frapper la ville de plein fouet, amoindrissant les dégâts estimés au départ. La catastrophe dura quelques heures à peine, mais fut suffisante pour plonger toute la ville dans la terreur la plus profonde.

Après le passage de Katrina, beaucoup de civils se retrouvèrent coincés dans les parties inondées de la ville. Certains réussirent à s'extraire, attendirent sur les toits ou tentèrent de s'évacuer. On en dénombra même quelques-uns naviguant entre cadavres et débris à la recherche de survivants. Les secours mirent longtemps à intervenir, et manquèrent d'organisation. Certains restèrent bloqués pendant plusieurs jours, voire près d'une semaine, avant que le niveau de l'eau ne daigne enfin redescendre. Des postes de secours avaient été mis en place autour de la zone sinistrée, pour accueillir rescapés et blessés.

Les USA acceptèrent l'aide de l'ONU et de certaines ONG pour tenter de juguler la catastrophe et de gérer les populations égarées et brisées. Beaucoup de rescapés furent logés dans les hôtels alentours à la zone ravagée, ou dans des espaces publics laissés à disposition par la mairie. Des listes de survivants et de morts furent dressées par les postes de secours, mais le nombre de victimes était encore impossible à estimer à ce stade, de même que celui des disparitions.

La ville fut plongée dans un état catatonique pendant plus d'une semaine. Aujourd'hui encore, Katrina reste gravé dans le cœur de la Nouvelle-Orléans comme une empreinte au fer rouge. Une cicatrice encore douloureuse, et qui ne disparaîtra jamais. (la tragédie en images)

(c) annexe par elephant song

_________________
+ compte pnj, ne pas mper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Benjamin Moriarty
pnj ○ been to hell


○ messages : 20

MessageSujet: Re: vi – KATRINA ET SES CONSÉQUENCES.   Dim 30 Aoû - 14:46


SES CONSÉQUENCES
the sad story of a tragedy

matérielles et démographiques

Après le passage de Katrina, près de 80% de la Nouvelle-Orléans s'est retrouvée sous les eaux. Les dégâts matériels ont été tout simplement impossibles à estimer pour les habitants. Mais en billets verts, pour le gouvernement, ils s'élèveraient en plusieurs milliards de dollars. Comme pour toute catastrophe de cette envergure, le bilan des victimes fut assez approximatif, mais on estime à plus d'un million le nombre de louisianais déplacés par le cataclysme. Plus de 200 000 foyers ont été réhébergés par les pouvoirs publics durant les deux dernières années, et beaucoup le sont toujours. Pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, des zones non-touchées par Katrina furent tout de même déclarées inhabitables par l'État, provoquant une vague de colère et de protestation chez les délogés.

Plus d'un an après, la population du centre-ville de La Nouvelle-Orléans commençait tout juste à se réinstaller et à se densifier ; comme si, au bout de deux ans de léthargie, les gens commençaient à comprendre qu'ils n'avaient pour le moment plus grand-chose à craindre de Mère Nature, et qu'ils pouvaient tenter de se reconstruire. Et, fait étrange, l'ouragan a ramené un certain équilibre racial dans la ville ; la majorité noire est maintenant au coude à coude avec la majorité blanche. Certains dénoncent le phénomène de gentrification, et la volonté de l'état de nettoyer la ville. D'autres se gardent bien de se prononcer.

On dénombre au total plus d'un millier de victimes, et plus de blessés que l'on ne peut en compter. Aujourd'hui encore, tout n'a pas été reconstruit, et de nombreux endroits portent encore les marques des ravages de l'ouragan.


politiques et économiques

Économiquement parlant, Katrina serait la catastrophe la plus coûteuse des États-Unis. Des mesures de plusieurs milliards de dollars furent prises pour indemniser les victimes, et les problèmes budgétaires entraînés par le cataclysme poussèrent la ville à effectuer plus de 3000 licenciements.

La cote du président Bush chuta à la suite de l'ouragan, et il fut accusé par les habitants des USA d'avoir pris des mesures d'urgence trop tard. Ces reproches conduisirent son gouvernement à revoir les procédures d'urgence des grandes métropoles américaines.

Le gouverneur de Louisiane devint lui aussi extrêmement impopulaire, et décida de ne pas se représenter aux élections de 2007. Le maire de La Nouvelle-Orléans connut également une chute de popularité dans les sondages, mais il refusa d'abandonner sa ville, et se battit bec et ongles pour la reprendre en charge.


criminelles et judiciaires

Après le passage de Katrina, la criminalité grimpa en flèche à la Nouvelle-Orléans. Les premiers mois, les pillages devinrent monnaie courante, tant et si bien que la police et certains détachements de l'US Army eurent, par plusieurs fois, le droit de tirer pour tuer. Et ce fut la première étape de la discréditation des forces de l'ordre aux yeux des habitants.

Peu de temps après l'ouragan, des centaines de postes au sein de la police furent abandonnés ; selon les estimations, près d'un tiers des effectifs démissionnèrent simplement. Le chef de la police manqua de perdre son poste, mais face à la débâcle dans laquelle se retrouva sa ville, il apparut qu'il était le seul capable de rester encore debout au sommet de ce chaos. Après un entretien avec le maire, il fut annoncé qu'il conservait sa place. Aujourd'hui, de nombreux policiers sont susceptibles d'encourir des sanctions disciplinaires, voire même des peines judiciaires ; certains pour abus de pouvoir lors de fusillades contre des civils, et d'autres pour manquement à leur devoir durant et après Katrina.

Pour autant, la justice a pour le moment bien d'autres problèmes à gérer. Avec l'ouragan, de nombreux dossiers qui n'avaient pas encore été informatisés furent perdus, et des dizaines d'erreurs judiciaires commises. De nombreux détenus qui avaient tout à fait leur place derrière les barreaux furent libérés, tandis que des innocents étaient incarcérés sur simple erreur. Actuellement encore, des erreurs subsistent, et le système judiciaire de la Louisiane, presque aussi discrédité que sa police, peine à se remettre sur les rails et à réparer injustices et préjudices.

Face à tous les problèmes engendrés par l'ouragan, le New Orleans Police Department ne voit pas l'évidence lorsqu'un tueur en série se met à sévir dans ses rues. Les victimes sont associées à celles de l'ouragan, ou aux dommages collatéraux des nombreux pillages et débordements criminels. Lorsque la présence de Jigsaw est bel et bien rendue officielle, la police est une ultime fois discréditée.

Rien ne semble pouvoir aller plus mal. Vivre à la Nouvelle-Orléans est devenu un enfer, et il semblerait que personne ne soit capable de remédier à ça.

(c) annexe par elephant song

_________________
+ compte pnj, ne pas mper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

vi – KATRINA ET SES CONSÉQUENCES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Katrina Caelevan - Femme de main pour Margot de Soltariel
» KATRINA LAW ◈ Everly al Ghul
» [F] Katrina Law - Indépendants (Moisson)
» [Répurgateurs] Katrina-Carlotta and associates
» Après Haiti,Cuba,Sauve qui peut à la Nouvelle Orléans avant l'arrivée de Gustav

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SOUL OF A MAN :: L'ADMINISTRATION :: annexes-